• AROMATHÉRAPIE

    Les huiles essentielles contiennent des molécules aromatiques à fort potentiel pour la préservation de la santé et du bien être physique et émotionnel

    Conseils en aromathérapie

Conseils d’aromathérapie

L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie qui n’utilise dans la plante que les molécules aromatiques encore appelées huiles essentielles.

Les huiles essentielles sont des concentrés très actifs qui ont démontré leur efficacité scientifique grâce au développement de la biochimie et notamment par la chromatographie en phase gazeuse.

En pharmacie l’aromathérapie se développe de façon importante

La pharmacopée d’aromathérapie s’enrichit chaque année par la découverte de nouvelles essences aromatiques provenant d’un peu partout dans le monde et qui permettent d’améliorer le confort de vie de nombreux patients.

Les produits dérivés de l’aromathérapie (roll-on, inhalateurs, diffuseurs à ultrasons, spray, huiles végétales, hydrolats aromatiques…) se développent grandement et les patients découvrent des rayons d’aromathérapie qui offrent un choix important dans certaines officines.
L’achat des huiles essentielles n’étant pas soumis à prescription médicale, les patients pensent donc très souvent que leur mise en vente libre est synonyme d’absence de danger.

Malheureusement, si les huiles essentielles sont puissantes, elles comportent aussi des risques (toxicité, allergie, interaction médicamenteuse, avortement, dermocausticité, néphrotoxicité, hépatotoxicité, rechute cancéreuse, aggravation de certaines maladies neurologiques, respiratoires, dermatologiques, etc) chaque année des accidents liés à une mauvaise utilisation des huiles essentielles sont rapportés par la pharmacovigilance.

L’aromathérapie est aujourd’hui reconnue comme une thérapie complémentaire par les autorités de santé. L’automédication en aromathérapie est possible quand une essence a été confirmée par un professionnel de santé comme étant utile et compatible avec votre état de santé et avec vos traitements habituels et aussitôt qu’il vous aura enseigné son mode d’administration adapté à votre état personnel. Prenez toujours conseils auprès de votre pharmacien avant l’utilisation d’une nouvelle huile essentielle que vous ne connaissez pas.

Quelques règles simples d’utilisation peuvent être énoncées : Les huiles essentielles ne s’injectent jamais, ni par voie intra-musculaire ni par voie intraveineuse. On ne les applique jamais pures sur les muqueuses (bouche, yeux, conduit auditif, sexe, anus). Certaines huiles essentielles s’appliquent sur la peau (voie transcutanée), d’autres se respirent (olfactothérapie), d’autres encore se prennent par voie orale. Tout dépend de la composition moléculaire de l’huile essentielle et du profil du patient. En cas d’utilisation accidentelle sur la peau ou les muqueuses d’une huile essentielle, il ne faut surtout pas rincer à l’eau. Nettoyez la partie concernée avec un coton imbibé d’huile d’olive ou de tournesol. En cas d’ingestion accidentelle importante par voie orale, absorber plusieurs cuillérées d’huile grasse, ne pas faire vomir et contacter le centre antipoison. Enfin, l’utilisation des huiles essentielles chez les animaux répond à des règles de toxicité différentes de celles applicables à l’homme, demandez d’abord conseil à votre vétérinaire.

Attention encore aux contrefaçons. Il est très facile de frelater une huile essentielle en la coupant avec de l’alcool. L’odeur semble identique à s’y méprendre mais la composition devient impropre à l’usage thérapeutique. Il faut donc faire attention lors de l’achat.

Le label « AB » (Agriculture Biologique) est important parce qu’il permet de s’assurer que le mode de culture était exempt d’utilisation de pesticides et que le contrôle biochimique lors de la fabrication a permis de vérifier que l’extrait de plante ne contenait pas un taux de résidus de pesticides représentant un risque cancérigène.

Le chémotype « CT » est également une information incontournable lorsque l’on choisit une huile essentielle. Le chémotype ou type chimique renseigne sur la composition majoritaire de l’huile essentielle. 
En effet, un sein d’une même espèce de plante, certaines d’entre elles peuvent avoir une composition chimique très différente et leur chémotype détermine leur utilisation. L’un des exemples les plus éclairant est sans doute celui du thym vulgaire (thymus vulgaris) qui comporte 4 chémotypes différents :

  • Le thym vulgaire à linalol (thymus vulgaris CT Linalol) est un antiseptique, un antifongique buccal et un antibactérien urinaire que l’on réserve aux enfants.
  • Thym vulgaire à thujanol  (thymus vulgaris CT Thujanol) est un antiviral et antibactérien ORL pour adultes, c’est également un régénérateur hépatocytaire.
  • Thym vulgaire à thymol (thymus vulgaris CT Thymol) est un antibactérien et un antiseptique digestif et antiparasitaire.
  • Thym vulgaire à géraniol (thymus vulgaris CT Géraniol) est un antibactérien à large spectre, un tonique cardiaque, utérin et nerveux